CONCEPTION ARTISTIQUE VERS UN DESIGN RESPONSABLE 5/5

CONCEPTION ARTISTIQUE  VERS UN DESIGN RESPONSABLE 5/5

video_remake

ARTICLE PRÉCÉDENT : cliquez-ici.

B.           Optimiser une création

I. MUTUALISER DES SAVOIR-FAIRE

Dans le cadre de l’évolution des techniques  apparait à la fois une perte de savoir-faire et une désuétude de certains objets ; on peut par exemple citer le cas de l’orfèvrerie où les couverts en argent sont moins prisés, ou celui de la ferronnerie artisanale en mobilier urbain.

Des techniques émergentes s’appuient sur des procédés pluridisciplinaires. Il est ainsi compréhensible de chercher à développer des enseignements qui peuvent déboucher vers plusieurs voies d’études d’arts appliqués.

 

a)   Enseignement d’exploration : 2 pistes d’exploitation

     Le design d’espace avec LES 5 SENS : une BALLADE

LES FONCTIONS D’UN ESPACE à il s’agit d’effectuer une étude dynamique par petits groupes des circulations, flux, énergies, sources lumineuses, sonores, auditives, tactiles et visuelles d’un musée. On pourra y chercher des arts premiers qui servaient aux fonctions premières : manger, dormir, se laver, se parer, communiquer, célébrer.

Prenons l’exemple du musée du QUAI BRANLY, à PARIS appelé aussi Musée des arts premiers: dans le cadre de la « découverte de l’autre et de l’ailleurs » on peut y voir les objets bruts de sociétés dites « primitives », au sens premières. Cette  visite scolaire peut faire l’objet d’enregistrements des ambiances audiovisuelles en vue d’une restitution sous forme d’exposé oral avec supports de présentation comme diaporamas, films, projections vidéo comme dans cette visite au musée des arts premiers du Quai Branly. Ou bien, nous aurions pu aussi imaginer un enseignement d’exploration à travers le champ connexe de l’histoire des arts, par une ballade au Musée d’Orsay.

Le design de produits et d’espaces, objet de mutualisation de savoir-faire entre art, industrie et artisanat : 

  • LES MATIERES ORPHELINES, LES SAVOIRS FAIRE ORPHELINS à  ECHASSERIAU Alexandre parle de ces savoirs naissants ou entrés en désuétude, en provoquant la rencontre, le rapprochement, le lien, l’interaction entre des matériaux, des procédés de fabrications, des savoirs faire dit « orphelins » c’est à dire naissants ou en désuétude.
  •  ECHASSERIAU Alexandre a produit avec un ingénieur acousticien, le  projet MARBLE SOUND SYSTEM dans les années 2010 dont le concept permet de développer des complémentarités entre Science/industrie/artisanat et design.  Cette création qualifiée de  TRYPTIC fait du designer un « sculpteur de son et de lumière ».

Enceintes sonores irisées, ultra fines, ultra légères, concentrées de technologies et d’art

b) Matérialités et temporalités consommées

     UNE PRODUCTION ARTISTIQUE SUR LA « Décélération », dans une sorte de slow design

Il s’agit d’une performance à aborder avec précaution

Le designer interdisciplinaire POTTHAST Lorenz se définit « comme un artiste en empathie avec la société qui use et abuse de la technique ».

Son projet est une MACHINE A RALENTIR LE TEMPS qui dénonce le temps passé dans le monde virtuel et sa vitesse ! POTTHAST Lorenz, «  The Decelerator Helmet » 2013.

Ce casque ludique, retransmet au ralenti, grâce à une caméra et à un écran intégré, les lampes de l’environnement de l’utilisateur. Pour voir la vie en «  Slow motion » et reprendre – dans notre temps – son souffle dans un déroulement plus naturel et calme.

Cet artiste va réaliser une performance d’artiste qui est n’est pas à reproduire chez soi, ou dans la rue  Il découpe le temps en séquences à Temps 1 + x secondes fractionnées.

L’utilisateur se déplace avec une notion de RALENTISSEMENT.

Cela rappelle les casques de réalité virtuelle et l’ensemble est à utiliser avec précaution car nous pouvons y perdre le sens de la réalité et de l’équilibre et oublier où nous sommes et qui nous entourent. Même la réalité augmentée modifie nos perceptions et dupe nos 5 sens.

La rythmique de la production : aspects techniques

On peut explorer ensuite 2 démarches environnementales du XXIème siècle en arts contemporains.

VERS LE SLOW design et Le “craddle to craddle.”

  • Pour le SLOW-DESIGN, il tourne autour d’un octogone de conception qui prône un retour à la lenteur.
  • POUR Le SLOW-DESIGN : Un TYPE d’ECO-DESIGN qui est parfois IMPERCEPTIBLE à l’œil nu

Un des créateurs et artiste-phare du slow design, FUAD-LUKE ALASTAIR explique  l’intérêt de prendre son temps et cet adage peut être illustré par une création de DROOG-DESIGN :  la Slow-lamp qui s’éclaire et se réchauffe progressivement.

sequence_com_visuelle1

  • Pour le CRADDLE-TO-CRADDLE, CE COURANT réAgit aux productions gadgets et sPUREMENT DECORATIVEs avec beaucoup de fioritures.

Aujourd’hui, se pose la question de l’humain « connecté » avec une certaine temporalité et de sa  connexion à la terre dont le temps est plus lent.

Dans un esprit  conceptuel le créateur australien : TRUBIDGE DAVID, 2016, dans son art ICARUS de 2012 fait écho au voyage. Cet ensemble d’une lampe et de deux ailes  est composé de bois issus de forêts renouvelables et de plastiques  recyclables et démontables. Même les pièces finies à la main sont conçues pour voyager pliées donc en faible volume

Le C2C pense de manière consciencieuse les origines de la création et sa connexion avec la nature

Cela est compatible avec l’impact environnemental  de l’acte créatif contemporain.

C’est par une tentative d’hyper normalisation et de simplification que ces designers créent « en réaction à cette révolution majeure des technologies et de modes de communications qui suivent un rythme de toujours plus » selon CHRISTINE MARCEL en 2014.

 

II. TRANSFERER DES MATIERES ET DES TECHNIQUES

a) Séquence «  Planche UNIVERS » : communication visuelle

Cette présentation introduit une séquence de communication visuelle, plus particulièrement une séance qui s’appelle Séance « Tendances » : Produire responsable

Début de la séquence : PLANCHE UNIVERS

Déroulement de la séquence prévue sur 9 heures avec une sortie scolaire à organiser à la fin avec l’accord du chef d’établissement et des familles, en partenariat, par exemple avec la D.R.A.C (direction régionale des affaires culturelles : cliquez- sur ce lien vers la DRAC ) ou autres organismes culturels régionaux.

« Englobant le concept d’éco-design, le slow design, considère les valeurs humaines au centre de tout. On pense donc d’abord à soi et à sa communauté, à l’échelle humaine, et au respect de l’environnement : Slow is beautyfull »

http://www.slowlab.net/

  1. Séance « Tendances » prévue sur 3 heures, pas nécessairement d’affilée àobjet de ma présentation àPROCESSUS INVERSE : DU PRODUIT AU PROCESS
  2. Séance «  Campagne de communication » prévue sur 1 heure
  3. Séance «  Logotype » prévue sur 1 heure
  • A LA CROISEE DES ARTS EN EVOLUTIONprévue sur 1 heure avec présentation d’une scénographie par un professionnel pour préparer la visite d’une exposition.
  • Sortie «  Construire son identité culturelle » prévue sur 2 heures, hors trajet

 

 

image

 

Séquence PLANCHE UNVIVERS

Séance 1 «  Tendances »

ATTENDUS DE L’EXERCICE :

  Collecte et TRI des informations

  Classification, description,

  Orientation des choix

  comparaison et justification des choix

ACTIONS TECHNIQUES DEVELOPPEES

  • Transposer, Coller, Comparer, Découper, sélectionner
  • PLANCHE RESSOURCES 1 ssue d’une visite au Musée des automates, LIMOUX
    MUSÉE DES AUTOMATES, LIMOUX avec l'aimable accord de la gérante.

    MUSÉE DES AUTOMATES, LIMOUX avec l’aimable accord de la gérante.

    diapositive13 diapositive15 diapositive16 diapositive17

  • CONCLUSION

    CONCLUSION

     

    « Le design, discipline qui encourage une connaissance multidimensionnelle, met en évidence les possibilités pratiques d’application d’une technologie brute, à développer.

    Il devient passerelle, élément intégrateur des idées, des nouvelles technologies et des innovations, au bénéfice de l’homme. » Anne ASCENCIO, exposition Cité du Design, St Etienne , 2007

     

 

J’ai expliqué dans ce dossier comment le design responsable favorise une  production artistique pérenne. C’est pourquoi la phase de conception  se doit d’être précédée d’une phase d’observation, d’investigations, d’analyse, puis d’hypothèses matérialisées en amont par la phase de production. Cela favorise des réalisations pérennes en aval pour les élèves.  A partir  d’outils simples, rought initial pour une création artisanale ou industrielle, il y a hybridation des techniques, avec des outils numériques et autres matériaux nécessaires à la production artistique. Donc, il n’y a pas que l’aspect final qui exprime le concept mais aussi l’ensemble ces processus invisibles dans les gestes du désigner  tourné vers « l’autre ».

Les adolescents vivent et sont immergés dans un flux d’images et de technologies multiples. Savoir trier,  repérer et relier les contraintes et les contextes leur est indispensable, à mon sens,  pour  le développement de leurs qualités artistiques.  Il me semble aussi essentiel de bien leur faire discerner la conception artistique et le développement de la production elle-même.  Cela passe par l’apprentissage d’une  critique constructive de leurs propres créations.

Une optimisation des matériaux et de la qualité pour créer du DESIGN  passe par la conscience des enjeux, qui dépendent des types d’USAGERS, de leurs moyens et de leurs intérêts propres. C’est pour cela que les différents mouvements abordés dans ce dossier tels que l’éco-design,  le slow-design, le co-design, sont portés sur des tendances communes entre les designers ET les usagers de leurs productions. Il s’agit aujourd’hui même de partir directement de l’analyse des besoins, de collecter ces besoins à la source. Je considère cette démarche, précédant les idées est  une démarche responsable qu’il est important de faire partager aux élèves. C’est la phase de concertation qui correspond à une pédagogie de projet d’un designer  en arts appliqués.

In fine, les usagers  font évoluer la conception artistique, l’inspirent  et le designer devient un révélateur de besoins.

Enora TORTELIER,

directrice design-architecte

design-architecte.fr Retour vers le site 

2015_Xperia 231

LES LIENS VERS LES 5 ARTICLES

  1. http://www.design-architecte.fr/actualites/conception-artistique-vers-un-design-responsable-55/
  2. http://www.design-architecte.fr/actualites/conception-artistique-vers-un-design-responsable-45/
  3. http://www.design-architecte.fr/actualites/conception-artistique-vers-un-design-responsable-35/
  4. http://www.design-architecte.fr/actualites/conception-artistique-vers-un-design-responsable-25/
  5. http://www.design-architecte.fr/actualites/conception-artistique-vers-un-design-responsable-15

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Partagez cette page !

Partagez cette page avec vos amis sur les réseaux sociaux :